Portail des membres

  • Consulter nos articles et ressources
  • Contacter un conseiller
  • Sujets couvrant la vie professionnelle, le bien-être, la parentalité, la gestion des salariés, etc.

Portail des clients

  • Mise à jour automatique des effectifs dans UCMS
  • Facturation reflétant les populations actives sous votre compte
  • Rapports sur la répartition des cas, et l’utilisation.

Portail des partenaires de service locaux

Les partenaires de services locaux sont des PAE indépendants avec lesquels WPO a établi des relations stratégiques pour la prestation de services mondiaux en conformité avec les modèles, processus et normes de qualité de notre organisation.

  • 15 décembre 2023
  • 7 mois

Le Journal Créatif en pratique

Marie Martin

Psychologue - Coordinatrice clinique & professionnelle Service Réadaptation

Sandrine Gilles

Psychologue, certifiée en Journal créatif® et Journal Thérapie ©

Interview de Sandrine Gilles, Psychologue, certifiée en Journal créatif® et Journal Thérapie ©

Psychologue de formation, Sandrine GILLES, a toujours eu beaucoup d’attrait pour l’art et la psychologie : le Journal créatif lui a permis de rassembler ses 2 passions. Depuis ses débuts de psychologue, elle a toujours souhaité aider l’autre à trouver ses propres ressources, celles qui sont en chacun de nous. Formée aux thérapies brèves centrées sur les solutions, à la thérapie familiale systémique et à l’hypnose Ericksonienne, elle a également travaillé pendant 15 ans au sein du service Réadaptation (« Retour à la vie active et à un équilibre de santé ») pour le recrutement des psychologues.

En 2003, elle ajoute une part de créativité à sa pratique avec sa découverte du Journal Créatif qu’elle décrit comme un outil créatif qui permet d’activer les ressources de tout-un-chacun. Elle a suivi la formation d’animateur certifié et l’a d’abord pratiqué pour elle-même avant de l’intégrer dans des prises en charge spécifiques telles que le Burn-out. Désormais, elle intervient en entreprises, en institutions et à son atelier (59 133 Camphin-en-Carembault) mais aussi en visioconférence.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le Journal Créatif ?

M. JOBIN , la conceptrice du Journal Créatif, le définit comme un journal intime non conventionnel, un outil d’exploration de soi qui allie les mondes de l’écriture, du dessin et du collage de façon originale et stimulante tout en mobilisant des notions de psychologie, d’art thérapie et de créativité.

Pour moi, en mixant ces différents langages, il utilise tout le cerveau et active une force en nous qui recherche l’équilibre et l’harmonie. Le processus créateur engendré, par l’activation de cette force, restaure l’équilibre intérieur et a une véritable action de guérison. Le non-jugement et la bienveillance en sont les principes directeurs. L’imaginaire est inné chez l’humain. Il est précieux de le cultiver car c’est notre énergie de vie. Le journal créatif n’est pas une thérapie en soi, c’est un outil de développement personnel, le résultat importe peu : tout l’intérêt est dans le processus.

Dans quels cas est-il recommandé de réaliser un Journal Créatif ? Tout le monde peut en faire ?

Tout le monde peut en faire : enfants, adultes comme séniors. C’est un support pour expérimenter différentes clés du bien-être et de l’épanouissement. Par exemple, les personnes âgées en résidence peuvent s’y adonner ; c’est à l’animateur d’adapter la pratique aux éventuelles difficultés des participants (cognitives, etc.). Il est particulièrement utile pour l’accompagnement aux transitions de vie, professionnelles comme personnelles.

En effet, le journal créatif aide à préserver le lien à nous-même, à jeter « l’encre », à revenir et se reconnecter soi. C’est un outil de croissance personnelle, un endroit de dépôt, qui permet de maintenir un équilibre interne et de garder un cap intérieur. C’est une sorte d’outil d’hygiène psychique.

Pourquoi être accompagné par un professionnel plutôt que de le faire seul ?

Les deux sont complémentaires. Seul.e au quotidien, 5 minutes suffisent pour faire un exercice de pleine conscience. En groupe et avec un professionnel, cela offre la possibilité de sortir des habitudes, de s’essayer à la nouveauté, d’expérimenter de nouveaux chemins, techniques et d’ouvrir de nouvelles portes.

Lors d’un atelier en groupe, le principe repose sur la Liberté : se permettre de mettre en mots ce qu’on vit, nos besoins ; on active autant le cerveau gauche que droit. Les ateliers renforcent la capacité à exprimer son vécu et réactivent les ressources. Par exemple, on peut extérioriser son stress en le caricaturant par le dessin. Ce faisant, on cultive l’art de l’imperfection et on travaille sur ses saboteurs intérieurs. Cela nourrit la part calme en soi et sert à mieux connaitre ses indicateurs de stress pour en redevenir acteur.

Dans votre pratique du Journal Créatif, quels sont les matériaux, les moyens que vous utilisez ?

Je me sers d’informations et d’outils basés sur les neurosciences et la psychologie positive. J’utilise des techniques provenant de la méditation, de méthodes d’écriture et de jeux (acrostiches, se servir de son autre main, etc.), de collage (magazines, tickets d’expositions qui ont procuré du bonheur, etc.), du dessin. Les matériaux de base sont : journaux, ciseaux, magazines, colle, stylos, crayons de couleur, pastels, cahiers, etc.

Pouvez-vous donner l’exemple d’un accompagnement de Journal Créatif que vous avez effectué au sein du service Réadaptation ?

J’ai proposé pour une dame en BO, un accompagnement en 6 ateliers. Au préalable, elle avait eu des séances de sophrologie afin de faire retour dans son corps et relancer l’énergie. L’idée était d’envisager le BO comme trouble miroir de la société moderne qui épuise nos ressources. L’aider à retrouver un équilibre interne était la priorité.

En atelier BO (cf protocole de N. HANOT), nous ne visons surtout pas la performance ; la visée est plurielle : donner des informations, retrouver ce qui nous anime, apaiser le sommeil, régénérer l’énergie avec la réactivation de sa créativité.

Nous avons utilisé un Journal de bord dans lequel nous avons employé des outils créatifs pour réamorcer la réflexion et la présence à soi, en construisant notamment un journal de ses rêves. Elle a acté des prises de conscience par un travail de verbalisations associées à mes feed-back.

Cette dame a bénéficié de nombreux bienfaits : de l’énergie pleinement retrouvée, un fort sentiment d’accomplissement et de satisfaction, un sommeil amélioré. Plus à son écoute, elle respectait mieux ses besoins et ses valeurs. Elle a retrouvé goût aux moments en famille, s’y sentant plus en présence. Elle a réinvesti ses activités extra-professionnelles au quotidien. J’ai pu observer sa métamorphose physique : elle a repris soin d’elle.

Quels sont les bienfaits que procure la pratique du Journal Créatif ?

Le journal créatif est un support de reconnexion à soi qui permet de mieux comprendre ce qui passe en nous : sa pratique augmente la solidité intérieure et la confiance en soi. On opère ainsi des prises des conscience salutaires, pour prendre de meilleures décisions et mieux prendre soin de soi. Il aide à garder le cap, se détendre, se ressourcer et regagner en sérénité. On peut y exprimer ses pensées, ses émotions et répondre à ses questionnements. Enfin, le journal créatif augmente notre part résiliente. Les études scientifiques (cf J. PENNEBAKER) démontrent la puissance de l’écriture pour aider à mieux gérer les émotions, diminuer le stress, augmenter l’immunité et améliorer le sommeil.

D’après vous, y a-t-il des freins au Journal Créatif ?

La force d’inertie, la résistance au changement, la peur de se découvrir, les saboteurs intérieurs et l’auto-critique peuvent freiner l’accès au journal créatif et bloquer la créativité. Il faut s’autoriser à se mettre en priorité pour disposer d’un espace-temps à soi, s’occuper de soi et se re-mettre en lumière : « Avec une 1 flamme, on peut rallumer 1 000 bougies, alors veillons à notre petite flamme ».

A travers le retour de Sandrine GILLES, qui pratique le Journal Créatif pour aider des personnes à traverser différentes situations ou crises de vie, nous percevons que plus qu’un outil créatif c’est un temps de reconnexion à soi, « à sa boussole intérieure ». Ce moment est précieux à plus d’un titre : il offre un instant d’apaisement devenu rare dans notre société moderne surchargée de stimuli (informations, images, son), il réactive nos ressources et notre imaginaire, et, ce faisant, nous ouvre à d’autres possibles. Pour un moment, il nous extrait de notre quotidien, nos obligations, nos rôles et de notre course au temps.

Nous remercions Sandrine GILLES de nous avoir transmis son retour d’expériences sur le sujet afin de nous en donner des clefs de compréhension.

Site internet Sandrine GILLES  https://www.couleursensoi.com/

JOBIN, A.-M. (réed. 2010). Le nouveau journal créatif : A la rencontre de soi par l’écriture, le dessin et le collage. Editions Le Jour.

HANOT, N. (2021). Le journal créatif du Burn-out : retrouver la santé par l’écriture, le dessin et le collage. Editions de L’homme.

PENNEBAKER, J. W. (2004). Writing to health. A guide journal for recovering from trauma & emotional upheaval. Oakland, CA: New Harbinger Publications, Inc.

Autres publications

Ressources sur le bien-être

Consultez nos rapports sur les tendances du secteur bien-être pour éduquez et engagez vos salariés