Portail des membres

  • Consulter nos articles et ressources
  • Contacter un conseiller
  • Sujets couvrant la vie professionnelle, le bien-être, la parentalité, le management, etc.

Portail des clients

  • Mise à jour automatique des effectifs dans UCMS
  • Facturation reflétant les populations actives sous votre compte
  • Rapports sur la répartition des cas, et l’utilisation.

Portail des partenaires de service locaux

Les partenaires de services locaux sont des PAE indépendants avec lesquels WPO a établi des relations stratégiques pour la prestation de services mondiaux en conformité avec les modèles, processus et normes de qualité de notre organisation.

  • 4 janvier 2022
  • 2 ans

Fixer des limites pour une santé mentale positive

James Sussex

MSc, BSc (Hons)

À un moment ou à un autre de notre vie, nous avons probablement tous été un peu (ou beaucoup) stressés. Il est assez courant, tant dans notre vie professionnelle que personnelle, d’entendre les autres dire qu’ils se sentent “tellement stressés en ce moment” ou “tellement dépassés” par le défi à relever, qu’il s’agisse de la vie familiale ou de la vie professionnelle. En fait, c’est tellement courant que nous ne nous rendons pas compte qu’au moment où nous nous sentons stressés et dépassés, le mal est déjà fait à un certain niveau. La réponse au stress en soi n’est pas le problème, mais le fait que nous nous sentions stressés en premier lieu peut nous indiquer quelque chose d’extrêmement important : nous avons déjà dépassé notre seuil de tolérance et nos limites personnelles ou professionnelles ont été franchies.

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress peut être causé par une accumulation de pression en réponse à des facteurs de stress personnels ou professionnels – précisons toutefois que ces facteurs de stress ne doivent pas nécessairement être négatifs ou traumatisants : des mouvements et des changements positifs ou négatifs dans notre vie personnelle ou professionnelle peuvent contribuer à un sentiment de pression et d’accablement. Par exemple, l’achat d’une nouvelle maison ou d’une première maison est généralement considéré comme une expérience positive. Cependant, le processus peut être éprouvant et exiger des ressources émotionnelles et psychologiques, et un sentiment de stress peut s’ensuivre. Il en va de même pour les changements positifs au travail. Une promotion, qui est généralement un signe positif de croissance professionnelle, s’accompagne souvent d’une augmentation de salaire et donc de responsabilités accrues. Un moment à célébrer, mais qui s’accompagne d’une augmentation probable de la pression et des exigences. Le stress en soi n’est pas entièrement mauvais – les symptômes psychologiques et physiques du stress nous donnent l’occasion de réfléchir et d’écouter notre corps et notre esprit. En ce sens, considérez le stress comme le témoin d’alerte du moteur d’une voiture – le témoin lui-même n’est pas le problème, mais le problème sous-jacent l’est. Lorsque le voyant du moteur s’allume, il est temps de se garer et d’examiner la situation, voire d’appeler à l’aide. Dans une vie idéale, nous ne verrions que rarement, voire jamais, notre voyant moteur s’allumer pour indiquer un problème. Bien qu’il soit très probable que nous rencontrions ce problème à un moment ou à un autre de notre vie moderne, le vieil adage s’applique : mieux vaut prévenir que guérir. L’une des façons de se maintenir et de se gérer avant de commencer à se sentir stressé est de se fixer des limites, tant sur le plan personnel que professionnel.

Que sont les limites ?

Les frontières sont les limites que nous nous fixons dans tous les contextes de notre vie. Lorsque nous pensons à la signification littérale du mot “frontière”, nous pouvons penser à des règles strictes et rapides, ou à des termes juridiques tels que les limites de propriété. Il est vrai que les frontières font allusion à la fin des choses et au début de nouvelles choses dans ce sens. Mais en termes psychologiques, lorsqu’il s’agit de nous gérer et de savoir comment nous nous sentons par rapport aux choses, une limite n’est pas quelque chose que nous pouvons activement voir, ressentir ou avoir un sens physique. Il peut donc être difficile de connaître les seuils. Il est également vrai qu’il est plus facile de sentir que les limites ont été franchies en raison des symptômes de stress qui nous indiquent quand les choses deviennent écrasantes. Les limites constituent toutefois une étape clé sur la voie de l’autosoin et de l’autocompassion. Lorsque vous comprenez comment fixer et maintenir des limites saines, vous pouvez contourner les symptômes du stress et tenir à distance le voyant d’alarme de votre moteur.

Des limites saines sont des limites flexibles. Lorsque nous ne nous fixons pas de limites, nous nous exposons à être exploités – personnellement et professionnellement. De même, si nous sommes trop rigides avec nos limites, nous risquons de nous déconnecter de ceux qui nous entourent et donc de nous isoler du soutien de la proximité de la famille, des amis et des collègues. Le fait de fixer des limites saines et de viser l’équilibre nous permet de nous mettre en avant lorsque nous en avons besoin, ce qui permet aux relations de rester sûres et à notre énergie émotionnelle d’être protégée. Ainsi, des situations et des relations différentes exigent que des limites différentes soient fixées et maintenues – vous pouvez toujours vouloir vous impliquer dans la situation d’un ami, mais cela ne signifie pas que vous devez en assumer la charge émotionnelle. De même, il n’y a pas de mal à dire “non” lorsque les exigences que l’on vous impose au travail ou ailleurs sont trop élevées.

Lorsqu’il s’agit de fixer des limites au travail et à la maison, il existe des conseils à suivre pour s’assurer que l’on prend vraiment soin de soi :

Identifiez les obstacles afin d’établir des limites

Une bonne première étape consiste à identifier ce qui peut vous empêcher de fixer des limites avec les autres. Il se peut que nous ayons eu récemment ou depuis longtemps le sentiment que l’on profite de nous, que les exigences à notre égard soient trop élevées ou impossibles à gérer. Et pourtant, cela continue à se produire. Avant de faire quoi que ce soit, il est important de savoir ce qui peut nous empêcher de fixer des limites saines. Il est essentiel de se demander pourquoi nous ne fixons pas les bonnes limites dans différentes situations afin de comprendre les blocages sous-jacents, qu’il s’agisse d’un sentiment de peur, d’une faible estime de soi, etc. Les peurs et les menaces perçues nous retiennent – il se peut que nous imaginions un conflit avec un ami si nous disons non, ou que nous soyons renvoyés de notre travail. Dans ce cas, nous pouvons jouer au jeu du “vrai ou faux” avec nous-mêmes – quelles sont les preuves que nos pires craintes se réaliseront ? Le fait d’écrire tout cela nous aide à ne pas perdre le fil de ce qui se présente à nous, et constitue également un outil de référence.

Donner la priorité à notre identité professionnelle est sans aucun doute important. Nous devons survivre et prospérer si nous voulons nous en sortir, et bien que nous n’y pensions pas, nous passons en fait une grande partie de notre vie d’adulte sur le lieu de travail. C’est pourquoi il est important de savoir quelles sont vos priorités au travail. Tout entreprendre sans savoir pourquoi nous l’entreprenons mène à l’épuisement. Lorsque nous ne connaissons pas notre pourquoi, nous nous détachons, et le sens se perd. À cet égard, il est toujours bon de s’interroger sur notre raison d’être : Est-ce que je sais pourquoi je fais cela ? Est-ce que cela a un sens pour moi ou est-ce que j’en fais trop ? À un niveau plus micro, si nous nous laissons submerger par les tâches sans établir de priorités, nous pouvons perdre le fil de ce que nous devons faire. Prendre quelques instants pour noter les priorités de la semaine ou même de la journée peut faire une énorme différence.

Il en va de même pour notre vie personnelle. Nous pouvons facilement devenir une éponge pour les problèmes des autres alors que tout ce que nous voulons faire, c’est aider. En fin de compte, si nous ne prenons pas soin de nous-mêmes, si nous ne nous compatissons pas et si nous ne nous respectons pas, toute notre énergie émotionnelle peut s’épuiser. Nous ne pouvons jamais être pleinement présents et aider les autres sans d’abord nous aider nous-mêmes, et avant de nous engager à être là pour les autres personnes de notre réseau, il est important de vérifier pourquoi nous voulons ou devons le faire. Parfois, nous n’avons pas le choix – mais si nous savons que notre énergie émotionnelle va coûter cher, nous devons généralement trouver des moyens de récupérer et de nous régénérer.

La transparence est essentielle

Lorsqu’il s’agit de fixer des limites professionnelles et personnelles, la communication est essentielle. Cela commence par l’identification de nos propres moyens d’assistance, c’est-à-dire des personnes à qui nous pouvons nous adresser et à qui nous pouvons parler. Dans le cadre du travail, il s’agit d’être honnête et franc avec les responsables ou les collègues. Si nous avons le sentiment que nous ne serons pas en mesure de gérer une tâche, un projet ou quoi que ce soit d’autre, en parler avant qu’il ne soit trop tard peut s’avérer très utile. À la maison ou dans nos relations en dehors du travail, être honnête sur soi-même et sur ce que nous pouvons ou ne pouvons pas faire pour les autres contribuera à préserver un sentiment de bien-être. Parfois, nous nous laissons prendre au piège en pensant que nous allons faire telle ou telle chose et que tout ira bien. N’oubliez pas que les autres ne savent pas ce que vous pensez et qu’ils ne pourront donc pas déterminer vos limites par simple devinette. Une fois que vous avez franchi vos limites une fois, il est probable que la demande continuera à se présenter. Dire non n’est pas forcément synonyme de conflit, et l’affirmation de soi n’est pas forcément synonyme d’agression.

Définir des règles d’or

Au fur et à mesure de notre pratique, nous pouvons commencer à définir nos règles d’or. La définition est essentielle pour rendre les choses concrètes. Il s’agit d’un travail en cours et non d’une destination finale – il est important de définir, de vérifier et de redéfinir nos limites en fonction de nos besoins au fur et à mesure de notre évolution professionnelle et personnelle. Pour définir nos règles d’or, nous pouvons utiliser nos expériences passées pour essayer de comprendre ce que nous accepterons et n’accepterons pas des autres, et ce qui est tolérable ou intolérable pour nous-mêmes.

En fin de compte, établir des limites nous maintient en sécurité et nous protège à un niveau qui nous permet d’interagir avec les autres et le monde qui nous entoure. Avec le temps et la pratique, nous pouvons arriver à maintenir un équilibre sain et solide – et si nous sommes capables de maintenir l’équilibre, nous pouvons éviter de devenir stressés et dépassés. Se donner la permission non seulement d’être bien, mais aussi de rester bien, nous donne une bonne chance de progresser sainement à un rythme approprié. Parfois, la permission consiste simplement à se dire qu’il est normal de dire non.

Clause de non-responsabilité : Ce document vise à informer uniquement. Aucune indication, conseil ou recommandation précise n’est donnée au lecteur. Nous vous invitons à contacter un professionnel habilité pour toute question relative à votre propre situation.

Nos solutions

Ressources sur le bien-être au travail

Explorez, éduquez et engagez vos employés avec notre bibliothèque de rapports sur les tendances du secteur bien-être.